L'engagement Saveurs authentiques – Santé

Les huiles artisanales naturelles et authentiques sont des concentrés d'énergie. Légères, digestes, riches en substances porteuses d'arômes, et revitalisantes, elles se prêtent à de multiples préparations. Elles sont indispensables pour la santé, le développement, et la prévention, si elles sont choisies, utilisées, et consommées de manière consciente.

 

Créée en 2013 pour sauvegarder l'huilerie artisanale traditionnelle et les métiers ancestraux qui y sont rattachés, la Fondation conçoit un rôle actif – en collaboration avec les acteurs expérimentés de la nutrition et la gastronomie :

  • dans un soutien et un apport à l'optimisation nutritionnelle, respectant culinarité et plaisir
  • par l'offre d'huiles artisanales végétales de haute qualité
  • en contribuant à la diversité des huiles et de produits dérivés, pour faciliter une alimentation équilibrée
  • en soutenant par la formation de jeunes et d'adultes à la redécouverte des goûts authentiques, et le plaisir de leurs effets positifs

Les artisans du savoir-faire

Originaire de Chanéaz, localité qu'elle gouverne, la famille BOVEY est attestée depuis 1561. Avec des ramifications au Moulin Pont de la Venoge dès 1798, et au Moulin de Vaux s/Morges (avant 1872), les générations de la famille se succèdent au Moulin de Sévery depuis 1810.


La lignée principale des artisans-meuniers et huiliers de Sévery:

1968 -              Jean-Luc Bovey

1943 - 2011    Paul-Emile

1911 - 1952    Ernest

1870 - 1943    Emile

1844 - 1876    Henri-Elie

1797 - 1831    Jacob-Gabriel

1777 - 1843    Jean-François

1749 - 1830    Jean-Samuel

1724 - ?           Jean-Pierre


La transmission des connaissances de père en fils a permis la pérennité du savoir-faire, et la maîtrise des techniques. Les gestes du métier s'appuient sur le passé, tout en se transformant et s'adaptant en fonction des critères technologiques et nutritionnels actuels.


Dates-clés historiques

1228 | Première mention écrite : les fils du miles (cavalier) Pierre de Sévery confirment le don annuel d'un muid (600 - 840 litres) de froment du Moulin de Sévery, légué par leur père à l'Abbaye du Lac-de-Joux

1239 et 1246 | Reconfirmation de cette donation, par Hugues de Cossonay et son fils Pierre

1377 | Le Chevalier Pierre de Sévery tient le battoir et le Moulin de Sévery

1561 | Abergement du moulin par Christian Chalon de Saint-Saphorin, en nom du mineur François Chalon, à Pierre Marchand, de Sévery

1598 | Noble Jean-François de Gruyère reconnaît les censes (redevances) perpétuelles de froment, de l'huile de noix, le quart et le huitième d'un pot de Morges, affectées sur le Moulin de Sévery, en faveur de LL.EE. de Berne

1628 | Pierre de Gruyère, Seigneur de Sévery, confesse hommage aux LL.EE. de Berne, pour son château, ses " estableries " ... dix coupes de froment à la mesure de Morges, 30 livres d'œuvre battue ... de cense perpétuelle, à lui due pour le Moulin de Sévery, le battoir et les autres semblables rouages et édifices

1668 | Par mariage avec Elisabeth de Gruyère, le noble Sébastien Charrière tient les reconnaissances rurales, avec four et moulin, les eaux et cours d'eau et confirme les censes d'huile de noix ... de 1598

1804 | Acte d'affranchissement des redevances féodales, fin de la banalité du Moulin (obligation d'y moudre son froment)

1810 | Première mention des Usiniers de la Morges, dont le Moulin de Sévery fait parti : travaux en commun sur des sources d'Apples

1810 - 1830 | Première allégation d'un meunier du nom de Bovey, sur le Moulin. Dès 1830/31, Jean-François Bovey

1837 - 1840 | Moulin, huilerie, scie et toises (surfaces), propriété de Jacob-Gabriel Bovey

1872 | Confirmation des droits des sources et prises d'eau, aux Usiniers de la Morges, dont Henry et Georges Bovey, à Sévery

1902 | Concession du Conseil d'Etat accordée au Moulin, huilerie et battoir de Sévery, pour l'utilisation des cours d'eau, un barrage, un canal de 985 m, et un canal de déviation de 155 m, des eaux de la Morges

1911 | Les fonds du Moulin comprennent un logement, le moulin et une cave, le local de la roue hydraulique, une scierie, un battoir à grains, une huilerie et un pressoir

1922 | Installation d'un moteur à benzine

1938 | Installation d'un broyeur, d'un convertisseur, d'un moulin à cylindres, d'un silo et d'un transporteur-élévateur pour ensachage

1946 | Installation d'un moteur électrique et d'un moulin automatique

1953 | Installation d'un moulin à marteaux

1971 et 1973 | Suppression de la prise d'eau sur la Morges. Abandon de la force motrice hydraulique en faveur de l'électricité

1997 | Remplacement définitif du bois par le gaz, pour le four de l'huilerie. Installation d'une presse à vis sans fin, pour la pressée à froid

2002 | Jean-Luc Bovey, l'actuel propriétaire, reprend la direction du Moulin-Huilerie

2003 | Inscription du Moulin-Huilerie sur la liste de la Protection générale des monuments historiques du Canton de Vaud, et lancement de la Fête à la Noix, pour raviver la tradition centenaire (Cassée ou gremailles, écaler, casser en famille ou en communauté villageoise)

2005 | Création du Moulin de la Verrière, espace de présentation et de dégustation des produits de l'huilerie

2008 | Inscription au Patrimoine culinaire suisse, ensuite au Patrimoine vaudois du goût

2012 | Acquisition d'une casseuse-énoiseuse mécanique, pour compléter la cassée manuelle traditionnelle, et pour faire face à la forte demande. Inscription au Patrimoine immatériel vaudois – " Traditions vivantes, artisanat traditionnel " – selon règlement UNESCO. Création d'une noyeraie derrière le Moulin-Huilerie

2013 | Création de la Fondation du Moulin, pour la sauvegarde de l'Huilerie artisanale traditionnelle et des métiers ancestraux relatifs